Patrimoine religieux  
Le village Patrimoine civil Environs   Personnalités Liens


Église paroissiale San-Francheschinu (XVIIe siècle).
La chapelle de la Confrérie de Sainte-Croix (XVe siècle).
Église Santa-Maria (XVe siècle), ancienne église paroissiale de style roman.



haut de page Église paroissiale San-Francheschinu
Eglise San Francheschinu datant du XVIIème siècle et faisant partie de l’ancien couvent des Récellets (l’orgue monté en 1871 est un des très rares instruments de Stoltz).
La statue de Francheschinu Mucchielli (1777-1832), natif du village se trouve sur la façade d’entrée.
[info. du site : ghisoni.fr/le-patrimoine.html]

   
  Marie  
   
  Autel
à gauche St Roch & à droite Ste Lucie
 
St François d'Assise
Chaire en bois sculpté Tabernacle
en bois sculpté
 
 
Sacré Cœur   Mater Marie
 
St Joseph   Pierre Colien
 
St Vincent de Paul
  St Antoine
   
Grand orgue placé en tribune au-dessus de l'entrée monté en 1871 par STOLTZ Jean Baptiste, fabricant d'orgues à Paris.
Interventions récentes :
1978 : Serge Groleau réinstalle la console et ses transmissions et complète les tuyaux manquants
1981 : La restauration est achevée par Jean-Claude Galtier
1994 (environ) : Yves Cabourdin installe des râteliers neufs aux 2 jeux d’anches du grand-orgue
2011 : relevage par Jean-Louis Loriaut

[source : http://www.organisula.com/]

Peintures du plafond de certaines chapelles latérales
   
     

 
Saint François
le dimanche des Rameaux
13 avril 2014
Saint François Bénédiction des rameaux d'olivier
Sortie du Saint Bénédiction de la foule Retour du Saint à l'église


haut de page Oratoire Sainte Croix
La chapelle de la Confrérie de Sainte-Croix
Oratoire Sainte Croix et sa fresque contenant "La déploration du Christ"
Œuvre d’Ignazio Saverio Raffali signée le 23 juin 1752.
Derrière l'autel la totalité du mur de chevet est recouvert en trompe-l’œil. Cette grande surface est animée, fractionnée, habillée par la seule magie d'une peinture de théâtre. On y voit l'image d'un grand retable architecturé. Celui-ci, avec ses quatre colonnes torses, son entablement mouvementé et son couronnement compliqué, à courbes et contre-courbes, est un véritable arc de triomphe baroque.  L’ensemble de cette architecture feinte est revêtu de faux-marbre ou domine le rouge, le jaune et le vert. Au centre, un pseudo tableau peint directement sur le mur.
RAFFALI y a figuré la déploration du Christ par la vierge, Marie Madeleine, Marie Cléophas, Marie Salomé et l’apôtre Jean. Le décor est complété par deux fausses portes, des draperies, et une douzaine d’angelots. Ce jalon, capital dans l’histoire de la Corse, aujourd’hui restauré,  est à faire connaitre au public.
Il convient de compléter la description en soulignant que trois des angelots sont porteurs, l’un d’un marteau, l’autre d’une paire de tenailles, le troisième des clous arrachés de la croix.
Cette œuvre a été inscrite sur la liste des monuments historiques en 1989 et restaurée en 2011.
Télécharger la brochure descriptive éditée par la mairie de Ghisoni.
Vue latérale Entrée depuis l'extérieur Entrée vue depuis l'autel
Coté gauche de l'autel L'autel Coté droit de l'autel
Détail central Détail central agrandi Détail au dessus de l'autel


haut de page Eglise réformée Santa Maria
     
     
haut de page